novembre 2018

J’AI VUS LES PETITS HOMMES INVISIBLES

En Côte d’Ivoire, on parle de microbe pour stigmatiser des hommes et des femmes. Surtout des enfants. Qu’est ce que c’est qu’un microbe ? Dans le jargon ivoirien, un microbe est un enfant en conflit avec la loi. Ces enfants généralement issus de familles nombreuses où démunies se retrouvent à la rue. Ils sont obligés de s’adonner à des pratiques criminelles pour survivre. Justement, il y a une serie qui vient d’être faite sur les microbes par des Ivoiriens. Elle est disponible sur Canal +. Un soir, en rentrant de formation, j’ai décidé de la regarder. Et je me suis rendu compte à quel point « Ne devient pas enfants en conflit avec la loi qui le veut mais le devient par absence de communication parents-enfants. » Dans la série, le héros Shaka qui, à la base était un enfant timide et respectueux, devient un voleur sans pitié à cause de la négligence de ses parents. Quant au petit Timo, il est obligé de se livrer au vandalisme pour survenir aux besoins de ses parents. Le chef de la bande, Kouess, a été abandonné par sa mère depuis la naissance nul ne sait la raison pour laquelle elle l’a fait. Peut-être qu’elle n’a pas choisir d’avoir un enfant ? 
Ce que j’ai vu, c’est que cette série nous montre l’irresponsabilité, la négligence et le manque de communication de certains parents vis à vis de leurs enfants. Certaines femmes et hommes refusent la planification des naissances ou sont victimes des abus de la société tel que le mariage précoce forcé ou les viols. D’autres font des enfants parce qu’il faut le faire et non parce qu’ils peuvent s’en occuper. 

Dans la série diffusée sur Canal +, comme dans la vraie vie, on voit beaucoup d’enfants dans les rues, des microbes qui agressent des innocents dans les couloirs. Mais pas seulement. Il y a aussi une cellule d’aide aux jeunes enfants avec une femme très gentille qui s’occupe d’eux, leur donne à manger, les aide à se réinsérer. Cet aspect de la série m’a beaucoup touché, car moi aussi je suis active dans le domaine de l’engagement humanitaire. Et aussi, regarder la série Invisible m’a fait réaliser la chance que j’ai d’appartenir à une famille, pas forcément riche, dont les dépenses des parents équivalent au ressources financières. Et surtout de bénéficier de leurs conseils sur tous les sujets, même ceux vus comme tabous. Les parents et les enfants doivent bénéficier de formation sur l’éducation sexuelle afin de pouvoir mieux assurer l’avenir de leur lignée pour éviter des phénomènes tel que celui de ces microbes. Microbes, oui, mais aussi des êtres humains.

DÉNI DE GROSSESSES 

Jeune fille, pleine d’avenir mais ignorante, Nicaise à l’âge de 17 ans était enceinte sans le savoir.


Vivant à bouake depuis plusieurs années, elle n’a pas eu la chance d’aller à l’école, pire, elle n’avait aucune notion en matière de santé sexuelle et reproductive. 

Son petit ami quand à lui, bien que debrouillard  était aussi analphabète et était autant méconnaissant de la planification familial. 

Leur relation durait et  Nicaise faisait des fugues pour rejoindre son petit ami en cachette vu que sa patronne n’approuvait pas leur relation a cause de sa religion et elle lui répétait sans cesse « le mariage d’abord « 


C’est ainsi que Nicaise sans le savoir portait un bébé en son sein depuis plus de trois mois et ne s’en est rendu compte que lorsque son ventre s’arrondissait,ayant alors compris ce qui lui arrivait elle se rendit au près de son petit ami dans le but de trouver une solution, ce dernier lui conseilla l’avortement.


Malheureusement où devrait je dire heureusement ce dernier n’avait pas les moyens requis pour l’achat des pilules abortives,n’ayant plus de recours elle fit part de son état à sa patronne qui lui deconseilla l’avortement en lui faisant comprendre que c’était très dangereux pour sa santé et aussi que c’était interdit par la lois en côte d’Ivoire. 


Faute de connaissance en éducation sexuelle les voici père et mère avant 18ans sans avoir les moyens requis pour s’occuper de leur enfant qui lui n’a pas demandé à venir au monde mais qui subira la négligence de ses parents. 


L’éducation sexuelle complète  à la base  aurait pu leur éviter cette situation ,l’on peut éviter le même sort si et seulement si nous commençons l’éducation sexuelle complète à la maison puis à l’école en s’éloignant ainsi de l’ignorance ,

car ne dit on pas que : l’ignorance est la pire des maladies au monde?